Cddestins

Le forum de la croisée des destins.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Critique] Eragon

Aller en bas 
AuteurMessage
cddestins
Chevalier
Chevalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 200
Age : 32
Localisation : Europe
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: [Critique] Eragon   Lun 18 Juin - 16:43

Bon je sais qu'il y a les pro-eragon et les anti (et plus d'anti je crois lol).
Personnelement je suis neutre, et de plus ayant lu les deux premiers tomes.
Le premier j'ai failli décrocher mais voulant moi-même écrire un livre je me suis dit tiens ce jeune à réussi, voyons ce qu'il a fait?
Les 3 ou 4 premiers chapitres étaient assez lourd pour moi qui était habitué au style HP, mais en me forçant légèrement j'ai commencé à être pris par l'histoire. Le livre devenait à mes yeux de mieux en mieux, même si il y a de flagrantes copies d'idèes et de style d'autres livres connues ça ne m'a pas dérangé. Bref arrivé à la fin du livre je retrouvais les même (ou presque) sensations qu'en lisant un HP. Puis lorsque le T2 est sorti je suis aller l'acheter direct et je l'ai lu entièrment.
Il y avait dans celui-ci moins de ressemblances avec d'autres oeuvres, on voit bien que Paolini à fait des efforts et sincèrement le deuxieme bouquin est vraiment bien. L'histoire devient plus complexe, Eragon murit vachement. Par contre ne vous attendez pas à lire les Eragon d'une seul traite comme un HP, ça se lit à base de deux ou trois chapitres le soir avant d'aller se coucher.

L'histoire: Je pense que pas mal l'a connaisse, Eragon jeune ado orphelin vivant chez son oncle (tiens tiens comme Harry) mais lui au moins s'entend bien avec son cousin, trouve un jour un oeuf de dragon dans les bois. Le petit monstre sort de sa coquille et hop! cicatrice (Harry Harry quand tu nous tiens...) puis la bete grandit, on découvre qu'il y a un vilain roi qui veut faire du mal à tout le monde, Eragon part rejoindre des amis pour se préparer à la guerre (hop hop! pti coup de SDA) et voila en gros le topo.
Le deuxieme est bien meilleur, Eragon part faire sa formation chez les elfes (pour devenir un super guerrier! Heu... non! un dragonier :p: ) puis entre temps il y a une ptite histoire d'amour impossible (comme toujours) puis pendant ce temps les "gentils" se préparent à la grande guerre parce que le vilain Roi fait avancer ses troupes ect... finalement la bataille à lieu et là Eragon s'en sort un peu à l'arrache et là BING on se prend une grosse claque en découvrant un truc qui nous ammène directement au tome 3 (pas encore sorti)

Verdict: 7/10 le premier, 8/10 le deuxieme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cddestins.1fr1.net
Faith
Chevalier
Chevalier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 203
Age : 27
Localisation : Entre paradis et enfer
Date d'inscription : 12/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Lun 18 Juin - 19:31

Etant une anti-Eragon, j'enlèverai un ou deux points sur la note mais bon...Perso, même dans le T2 j'ai trouvé le style lourd, maladroit et l'histoire sans réel interêt. Désolé mais 400 pages sur une formation qui n'avance pratiquement pas, c'est un peu beaucoup ennuyant.
Qand tu déclares que ça se lit par phases de 2 ou 3 chapitres, je suis pas trop d'accord étant donné que certains chapitres font à peine 2 pages.
Ceci dit, je l'avais bien aimé avant...mais entre temps, j'ai lu autre chose et mon avis a changé donc je comprends très bien le choix des pros-Eragon comme celui des anti-Eragon smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.kiweo.com/faith/
Loé
Chevalier
Chevalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 272
Age : 28
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Lun 18 Juin - 21:08

Oui je crois aussi que c'est important de savoir que plus on lit, plus on a l'oeil critique. Mais à mon avis lorsqu'on a lu plusieurs romans du type d'Eragon, on découvre vite qu'il y a mieux. smile

_________________
Tout le monde est égoïste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.goldencompassmovie.com/
Damoclès
Invité



MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Lun 18 Juin - 21:54

Soyez un peu plus cool, n'oubliez pas qu'il l'a écrit à 20 ans et qu'il a quand même eu un certain cuccès! Un peu de respect!^^
Revenir en haut Aller en bas
Loé
Chevalier
Chevalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 272
Age : 28
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Lun 18 Juin - 22:08

Euh... Je crois qu'il avait 14 ans quand il a édité son premier livre...
Il a eu du succès surtout par un coup de bol et aussi parce que les gens qui lisent son livre ne savent PAS qu'il:
- a tout copié sur d'autres livres.
- existe de bien meilleurs livres du même genre.

_________________
Tout le monde est égoïste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.goldencompassmovie.com/
Faith
Chevalier
Chevalier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 203
Age : 27
Localisation : Entre paradis et enfer
Date d'inscription : 12/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Mer 11 Juil - 14:33

Ni qu'il a un papa éditeur ce qui aide beaucoup pour se faire connaître. Moi aussi j'écris un bouquin qui sera génial et que vous allez tous adorer mais comme il n'y a pratiquement aucune chance pour que je me fasse publier, vous ne saurez jamais ce que vous avez loupé bigsmile (ce message était complètement ironique smile )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.kiweo.com/faith/
Sahagiel
Guerrier.
Guerrier.
avatar

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Mar 28 Aoû - 20:15

Voici mes remarques, qui seront bien entendues critiquables happy

Impression sur le second tome :

L'Âiné est plus sympathique à lire que son prédécesseur, avec des descriptions plus fouillées et une histoire qui gagne en maturité : on sent que l'auteur vieillit, essaye de s'écarter un peu des sentiers battus sans parfaitement y parvenir.

Par contre, l'entraînement d'Eragon chez les elfes s’avère ennuyant, avec des tombereaux d’explications qui ne nous amènent pas à grands choses (sauf à des questions existentielles et à une philosophie de terminale...). Même si Oromis se révèle un personnage intéressant, on ne s’arrache toujours pas aux poncifs, hélas... La description de la cité Elfique, puis de leurs coutumes, s’annocent ainsi revues : ces derniers se limitent à une nourriture végétale, établissent leurs demeures aux faîtes des arbres et s’adonnent aux chants pour modeler leurs habitats. Cela ne sera pas sans nous rappeler certaines choses !
Dans la même optique, le simulacre d'histoire d'amour entre Eragon/Arya et Saphira/Glaedr se gargarise d’incohérences, m'est avis que Paolini aurait dû plus axé ses recherches sur la psychologie des protagonistes amoureux, car on n’éprouve guère d’émotions durant leurs lupineries.

Ensuite Eragon se fait voler la vedette par son cousin Roran ; l'exode de tout un village est une bonne idée en soi même si les situations invraisemblables s'enchaînent. Un bon point pour l’auteur, la psychologie des personnages en état de crise est assez bien gérée, malgré la reprise de grands canevas dramatiques pour enfler le texte. A côté de cela, les longueurs conduisent toujours le récit, tantôt mené par Nasuada, dont je ne saisis toujours pas l’intérêt des chapitres, ou Eragon, décidément bien malaisé dans le registre métaphysique.

Enfin, Paolini n'a toujours pas de style, dommage, il gère très mal le temps, encore plus dommage, et on devine bien le titre de ses dernières lectures... Dernier reproche, notre héros au coeur vaillant (Eragon) perd tout son caractère au fil des pages pour se restreindre à un stéréotype du gentils héros. La façon dont il change (aussi bien physiquement que mentalement) s’avère une cruelle idée de la part de l'auteur, on ne ressent plus, on ne reconnaît plus, l'Eragon du premier volume : en bref, il n'a plus aucun caractère.

On sent une pointe de maturité derrière ses descriptions et le développement du monde pourtant j'ai trouvé le second volume ennuyant, pétri de longueurs tout en restant abordable.


Remarques générales portant sur les deux premiers volumes :

Références au Seigneur des anneaux ou des autres cycles des Terres du milieu :

Eragon le simple villageois aux bouclettes brunes va, à l'image de Frodon, trouver un objet fabuleux qui va chambouler sa vie et le jeter sur les routes.
Brom nous rappelle Gandalf avec sa longue barbe blanche, sa pipe d'où il lâche de long panache de fumée, ses habits sombres, son rôle de conteur mystérieux.
Puis les deux alliés du jeune Frodon bis, Orik, autrement nommé Gimli, et Arya, alias Arwen (deux elfes de nobles naissances, d'une vénusté incomparable).
Les Urgal et les Kulls ressemblent à si méprendre à des Orcs et des Uruk-Haï (les Uruk-Haï étant une évolution plus grande et puissance que les Orcs, hum hum hum).
Les Ra'zacs sont semblables aux Nazguls (bêtes mythiques pourchassant les héros pour entraver leurs routes, craignant les lumières trop vives et malheureusement en voie d'extinction).
L'Ombre s'apparente à Saroumane, un sorcier et l'un des pilier de l'empereur.
Ce dernier, Galbatorix, est un personnage volontairement (?) mystérieux qui, comme Sauron, apparait comme le mal à l'état pur, réfugié dans sa capitale d'où il ne ressort presque jamais.
Sans oublier les Elfes et les nains reprenant les moeurs, le style, les habitudes et les modes de vies du SDA (nains se terrant dans des sous-terrains, les Elfes s'ébaudissant dans leurs forêts magiques, les oreilles pointues, les nains petits et combattant à la hache etc.).

- Ensuite avec les noms de villes :

- Le lac Ardwen/Arwen (l'elfe et fiancée d'Aragorn)
- Isenstar/ Isengard (tour de Saroumane)
- Furnost/Fornost (ville humaine sur Numénor)
- Beirland/Beleriand (territoire des Terres du Milieu)
- Isidar Mithrim/Mithrim
- Farthen-Dûr/Barad-Dûr
- Illium/Illuin

- L'atmosphère générale très calquée : guerres, alliances, roi déchu ou mort au combat, les sbires de l'empire instaurant une crainte perpétuelle –entre légende et rumeurs- sur l'Empire...
- Les langues (une pour les nains, les hommes et les Elfes) dont l'ancien langage ayant pour base étymologique le scandinave, tout comme le SDA.
- La situation initiale (une jeune homme découvre un bien précieux et doit fuir son village pour ne pas y attirer ses ennemis etc.).
- Les personnages tout simplement (cf au dessus)
- La quête initiatique, le parcours linéaire du héros qui va d'un bout à l'autre de la carte.
- Les tentatives de légendes, les chansons, les poèmes...
- Le cheval >< [oui, oui : feu-de-neige alias gris-poil et la réplique de Brom page 176 : "Je le traiterai comme s'il était de la lignée de Giltindor, le coursier légendaire").
- Puis dans le volume deux la structure d'Ellesméra qui ne sera pas sans nous rappeler celle de la Lórien avec sa structure montante, les maisons associés aux arbres, les chants des Elfes, etc.

Mais bon, passons à star wars :

- Vers le fin du volume deux de l'héritage, le maître d'Eragon, Oromis, ne l'informe pas du combat imminent entre les Vardens et les troupes de l'Empire. Le dragonnier le découvre donc presque par hasard en utilisant le sort Draum Kopa (--> page 655). Dés l'or il parait évident qu'Oromis souhaitait retarder son départ à la fois parce qu'il ne l'estime pas totalement prêt à affronter les forces du gaulois mais aussi pour parachever au maximum sa formation. Finalement, l'Elfe se résigne à le laisser quitter son « refuge » et lui fait jurer en ancien langage de revenir : "car vous avez encore page 661). Leur destin est beaucoup à apprendre" (donc scellé.
Eragon affronte alors au cours de la bataille Murtagh et apprend -ô surprise- qu'il est son frère de sang, et par conséquent le fils du parjure Morzan. Son vrai frère, donc, aurait quant à lui prêté serment en ancien langage de servir le gaulois.
Le super héros se demande subséquemment si son premier maître, Brom le conteur (Eragon le prenait pour un vieux villageois lors de leur rencontre mais apprend par la suite sa véritable identité : un dragonnier, l'un des deux seuls survivants de la caste des Dragonniers massacrés par les Parjures ; celui-ci même qui aurait tué Morzan, son père. Le pauvre malheureux meurt face aux raz'acs, en protégeant Eragon) était au courant de sa paternité troublante, pourquoi ne lui en a t-il pas parlé ?
Bref, remis de cette terrible nouvelle il part sauver Katrina, la fiancée de Roran (son frère), prisonnière entre les mains des raz'acs, les vilains pas bô en second.

Puis, vers la fin de l'empire contre-attaque, le maître de Luke, Yoda, ne l'informe pas du combat imminent entre les résistants et les troupes de l'Empire. Le jedi le découvre donc presque par hasard en parcourant la force. Dés l'or, il parait évident que Yoda souhaitait retarder son départ à la fois parce qu'il ne l'estime pas totalement prêt à affronter les forces de Darth Vador mais aussi pour parachever au maximum sa formation. Finalement, le jedi se résigne à le laisser quitter son refuge et lui fait promettre de revenir « car il a encore beaucoup à apprendre ». Son destin et donc scellé.
Luke affronte au cours de la bataille Darth Vador et apprend –ô surprise- qu'il est sont véritable père. Celui-ci, donc, aurait quant à lui prêté serment de servir Darth Sidious.
Le super héros se demande subséquemment si son premier maître, Obiwan (Luke le prenait pour un vieux reclus lors de leur rencontre mais apprend par la suite sa véritable identité : un jedi, l'un des deux seuls survivants de la caste des jedis massacrés par les siths. Celui-là même qui aurait à moitié destroy son père. Le pauvre malheureux meurt face à Darth Vador, en protégeant Luke) était au courant de sa paternité troublante, pourquoi ne lui en a-t-il pas parlé ?
Bref, remis de cette terrible nouvelle il part sauver Han Solo, le fiancé de Leïa (sa sœur), prisonnier entre les mains des Jabba et d'un mercenaire (je ne sais plus son nom...), les vilains pas bô en second.

- Les références à Terremer pour les principes même de la magie

Terremer, cycle admirable d'Ursula Le Guin, se distingue des autres par sa cosmogonie innovante. En effet, dans ce livre, les personnages disposent d'un nom véritable qu'ils doivent cacher pour préserver leur esprit, mais surtout possèdent une magie complexe, celle-ci reposant sur la connaissance du Langage Ancien. Cet idiome, enseigné aux magiciens et connus par les dragons, réunit en ses mots l'essence de chaque chose, une genèse de l'histoire et de l'expérience du monde. Cela ne vous rappelle-t-il rien ?

- Les références à la Belgariade

Pour la marque au creux de la paume dont est –ô surprise- également pourvu Garion, le héros de la Belgariade. Là encore Paolini s'en inspire pour la magie comme par exemple dans ce petit passage sur lequel je suis retombé en début de semaine ; je vous le retape dans ma grande mansuétude :
(Garion et son maître sont devant un rocher, Belgarath vient d'expliquer à son élève comment puiser dans les ressources végétales et animales les forces nécessaires pour utiliser la magie sans se fatiguer, maintenant il lui demande de déplacer un rocher)
Comment dois-je m'y prendre ? Questionna Garion
- Rassemble les forces nécessaires, conseilla Belgarath. Prélève-la dans tout ce qui est autour.
Garion s'exécuta
- Hé ! Pas chez moi !
Confus, Garion exclut son maître de son champ d'attraction
Très court, je vous l'accorde, mais ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, reportez-vous à la page 646 pour voir le passage auquel je fais références (dans le volume 2, à la fin de la page)

- Les références au Cycle de Pern, de Anne McCaffrey, pour la relation dragon/ dragonnier :

- Tout d'abord le principe même du livre puisque dans "La Ballade de Pern" on retrouve des dragons, accompagnés de leur chevaliers dragon => dragonnier/dragon...
- La télépathie dont usent les chevaliers dragon est la même que dans Eragon, la seule nuance réside dans le fait que chez McCaffrey un dragon ne s'adresse jamais à une autre personne que son maître alors que dans Eragon Saphira est libres de parler mentalement aux personnes l'entourant (Eragon doit toutefois faire le rôle d'intermédiaire selon les situations).
- Ensuite dans le choix des chevaliers dragon : les élus sont sélectionnés par rapport leurs capacités physiques, leurs aptitudes spécifiques, puis ils sont envoyés sur les terrains d'éclosion où les œufs près d'éclore reposent. Là, les jeunes dragons tout juste sortis de leur coquille traînent parmi les candidats à la recherche de leur moitié idéal, celle qui leur convient parfaitement, avec qui il ne fait plus qu'un, en quelques sortes. => Dans Eragon on retrouve ce même système, seules des personnes aux dispositions particulières peuvent obtenir un dragon. D'ailleurs celui-ci choisi son maître au moment de leur contact physique.
- Ensuite, les chevaliers dragon et leurs moitiés entretiennent une relation psychique très puissante appelée l'Emprunte => le Gedwey ignasia des dragonniers.
- De même leur relation empathique se poursuit à travers la mort. Si le dragon venait à mourir son maître en serait tout particulièrement affecté par le bais d'un profond mal être qui, dans le pire des cas, pourrait même les pousser au suicide => le même lien se retrouve dans Eragon notamment avec Brom et son désarroi suite au décès de sa dragonne (voir même le gaulois atteint de folie !).

- Les inspirations à la mythologie :

- Le mot "wyrda" ou "wyrd", prononcé pour la première fois sur la crête par Saphira (page 115) : "le sang rencontrera le sang. Je combattrai. Nos wyrds nous y obligent", ressemble énormément au wyrd des scandinaves signifiant justement le destin, qui régit chaque être par le biais du fil tissé par les Nones.

- L'énorme rocher, Utgard, dont la première apparition à lieu à la page 178 (édition française) dans le chapitre Therinsford. A nouveau, chez les scandinaves, l'Utgard (littéralement "le monde extérieur"), était une magnifique citadelle en Jötunheim, le monde des géants.

- Les suffixes : en premier lieux, le suffixe "heim" qui signifie royaume que l'on retrouve dans tronjheim. Puis, le suffixe "gard" (signifiant lui la terre) pour le rocher Utgard et l'île du Vroengard.

- Les différentes races :
D'une part, l'elfe : une créature aérienne, légère, couramment reconnue comme le génie de l'air.
Le nain : ces êtres proviendraient du cadavre du géant Ymir (son histoire est palpitante, je la raconterai bien en entier mais l'on s'éloignerait du sujet... bref, il est communément admis que les nains viendraient de ses chairs, plus précisément des vers venus ronger sa dépouille). Cependant, Tolkien a largement influencé la vision que nous en avons puisqu'aux origines, quatre nains gigantesques auraient été crées par Odin afin de soutenir la voûte céleste, constituant ainsi les points cardinaux. Oh, ils étaient bel et bien affiliés au monde souterrain.
Les géants : Paolini y fait une brève allusion, ils remontent eux aussi aux légendes scandinaves qui les définissaient comme des créatures titanesques aux pouvoirs divins, ils vivaient notamment au Jötunheim (Utgard, le monde des géants) et incarnaient des êtres maléfiques...

- La montagne Helgrind : Helgrind est composé de deux mots, Hel, la déesse des enfers chez les nordiques (la fille de Loki et de la géante Angrboda ; donc la sœur de Fenrir, le loup, et du serpent de Midgard) et grind signifiant en anglais corvée, morcellement, moudre etc. En conclusion, l'association des deux ne donne pas une chose très recommandable...

- Puis, dans la traduction d'Angela (page 292) : elle jette ses osselets en prononçant trois mots : "Manin ! Wyrda ! Hundin !" Là encore, ils ressemblent étrangement à trois termes scandinave :
Munin et Hugin étaient en effet les deux messagers d'Odin, représentés sous forme de corbeaux. Chaque jour, ils parcouraient les mondes pour collecter ses informations capitales, en somme, ils étaient les yeux et les oreilles du dieu. Munin représentait le souvenir tandis que Hugin incarnait la pensée. Quant au wyrd, je l'ai déjà expliqué plus haut.

- Dans l'expression "Du vrangr Gata" désignant les magiciens des Vardens: en scandinave, Gata signifie chemin ou rue.

- Le mot en ancien langage "reisa" présent dans la formule "stenr reisa" (pierre, lève toi): en islandais, reisa signifie lever, soulever ou élever.
- Dans l'expression "Waise heill" (sois guéri): heill signifie entier, total en inslandais.

- La formule "deloi moi" ressemble fortement à un mot deila définissant une portion de terre labourée en scandinave.

- Le fleuve Edda, ressemblant à si méprendre à l'Edda poétique redécouvert en Island par le prêtre luthérien Brynjölfur Sveinsson, en 1643. Il s'agit d'un recueil de poèmes concernant, je vous le donne en mille, la mythologie nordique !

Bon, je n'ai pas pu noter tout ce que je souhaitais dire T_T. A noter que les références à la mythologie nordique ne sont pas un reproche, mais soulignent l'incapacité de l'auteur à se détacher de ses inspirations pour 'créer'

Conclusion :

Tome 1 : 4/10
Tome 2 : 5/10

Wàla happy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faith
Chevalier
Chevalier
avatar

Féminin
Nombre de messages : 203
Age : 27
Localisation : Entre paradis et enfer
Date d'inscription : 12/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Mar 28 Aoû - 20:29

ça me rappelle un message dans un autre forum qui avait fait sacrément débattre je_sors
En tous cas, chapeau pour le boulot, faut avoir la patience smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.kiweo.com/faith/
cddestins
Chevalier
Chevalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 200
Age : 32
Localisation : Europe
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Mar 28 Aoû - 20:41

Moi au contraire je trouve que s'inspirer d'oeuvres qui nous ont plu (en locurrence le SDA et star wars) n'est pas préjudiciable pour un roman dans la mesure où celui-ci reste bien construit et attractif. En plus l'auteur lui-même reconnait que ces histoires lui ont donné des idées.
Je n'approuve pas l'idée que lorsqu'un livre ressemble à un autre il doit être forcément critiqué, si Eragon avait éxisté avant le Seigneur des Anneaux on aurait tout aussi "pourri" Tolkien pour s'être inspiré d'Eragon.
A chacun son opinion mais la mienne est (attention la métaphore! lol) que si une jumelle est belle, sa soeur l'est aussi wink

J'ai utilisé le bouton "édité" Faith!!happy

Sinon bravon pour ton commentaire Sahagiel, il est trés long, trés construit, on en redemande wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cddestins.1fr1.net
Loé
Chevalier
Chevalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 272
Age : 28
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Mar 28 Aoû - 20:43

Moi je veux juste tiré la sonnette d'alarme sur les gens qui vénèrent Eragon et qu'ils disent que c'est le meilleur livre du genre.
C'est forcément faux puisqu'ils ne connaissent pas le genre de la fantasy. Triste

_________________
Tout le monde est égoïste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.goldencompassmovie.com/
Lune
Guerrier.
Guerrier.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 30
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Jeu 30 Aoû - 13:15

Est-ce que pour la beauté d'une jumelle nous devrions faire naître des triplées à la pelle? Le fait qu'elle soit belle serait terni par de vulgaires répliques...

Lune
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cddestins
Chevalier
Chevalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 200
Age : 32
Localisation : Europe
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Jeu 30 Aoû - 18:50

Bon alors soite, admettons qu'eragon ce soit pourri? Qu'es ce qui justifie son succès international? Il y a bien quelque chose qui plait aux gens non? C'est là-dessus qu'on devrait s'interroger...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cddestins.1fr1.net
Sahagiel
Guerrier.
Guerrier.
avatar

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Jeu 30 Aoû - 19:50

Ma foi, en prenant en considération la campagne de pub agressive de Gallimard, le battage médiatique entourant la sortie du livre, la quatrième de couverture chevaleresque et la reprise de plusieurs poncifs pour attirer les plus jeunes... on obtient un mélange improbable, sans aucune saveur mais prompt à soulever les foules de "jeunes lecteurs". En bref, merci la publicité bigsmile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loé
Chevalier
Chevalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 272
Age : 28
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Dim 2 Sep - 12:45

Sahagiel a écrit:
En bref, merci la publicité bigsmile

Ca tu l'as dit mon Kiki... euh oups Sahagiel ! wink
Non sérieusement, c'est la pub qui est derrière tout ça...

_________________
Tout le monde est égoïste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.goldencompassmovie.com/
Lune
Guerrier.
Guerrier.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 66
Age : 30
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   Dim 2 Sep - 13:52

Faut avouer qu'un père éditeur ça aide! La publicité aussi...

Lune
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Critique] Eragon   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Critique] Eragon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eragon
» ERAGON (Tome 3) BRISINGR de Christopher Paolini
» ERAGON (Tome 1) de Christopher Paolini
» [Harmut, Rosa] Accelération, une critique sociale du temps
» [Paolini, Christopher] Le Cycle de l'Héritage - Tome 2: L'Aîné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cddestins :: Bibliothèque :: Critiques fantasy-
Sauter vers: