Cddestins

Le forum de la croisée des destins.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Critique] La quête d'Ewilan.

Aller en bas 
AuteurMessage
Damoclès
Invité



MessageSujet: [Critique] La quête d'Ewilan.   Mer 13 Juin - 20:38

Critique d'Arya! smile
Tome 1, D'un monde à l'autre :
Personnelement je trouve que ce premier tome est très facile à lire. On rentre dans l'histoire dés la première page.
Note: 8/10

Tome 2, Les frontières de glace :
Pour moi ce second tome est assez bien à lire. Ewilan découvre plusieurs choses sur ses parents est fait de nouvelles rencontres.
Note: 7/10

Tome 3, L'île du destin :
C'est le meilleur des trois tomes , surement parce que c'est le plus gros des trois. On découvre plus de chose sur Mewyn vil Avalon, Edwin ...bref en un mot ce dernier tome de la trilogie est génial !!
Note : 9/10

Damoclès a dit:
La Quête d’Ewilan est une trilogie fantastique écrite par Pierre Bottero. Elle est éditée par Rageot. Elle est suivie de deux autres trilogies, Les Mondes d'Ewilan et Le pacte des Marchombres (en cours d'écriture, seul le 1er tome est disponible : Ellana).

L'histoire:
Camille est une jeune surdouée d'environ 13 ans qui a été adoptée par les Duciel, une famille aisée mais peu aimante. Un jour, elle passe par hasard dans un monde parallèle, Gwendalavir. Elle apprend alors qu'elle est en réalité Ewilan Gil'Sayan, fille d'Elicia et Altan Gil'Sayan et qu'elle est née dans cet autre monde. Mais pour la protéger d'une guerre naissante, ses parents l'ont envoyés dans le nôtre, bloquant ainsi ses souvenirs, et l'ont confiés, elle et son frère Akiro à deux familles différentes afin qu'aucun contact ne se crée entre les deux enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Loé
Chevalier
Chevalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 272
Age : 28
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] La quête d'Ewilan.   Dim 17 Juin - 18:10

Interessant comme histoire. Si j'ai le temps je me pencherai bien dessus. wink

_________________
Tout le monde est égoïste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.goldencompassmovie.com/
Arya
Ouvrier.
Ouvrier.


Féminin
Nombre de messages : 11
Localisation : Dans le 93
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] La quête d'Ewilan.   Dim 24 Juin - 18:02

C'est une trilogie très très facile à lire. J'ai bien aimé le rapprochement entre Merlin et la Dame du Lac dans le troixième tome. Mais les mondes d'Ewilan sont meilleurs que la quête d'Ewilan car à mon avis il y a plus de révélations que dans la première trilogie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arya
Ouvrier.
Ouvrier.


Féminin
Nombre de messages : 11
Localisation : Dans le 93
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: [Critique] La quête d'Ewilan.   Ven 29 Juin - 19:47

Tome 1, D'un monde à l'autre :
Personnelement je trouve que ce premier tome est très facile à lire. On rentre dans l'histoire dés la première page.
Note: 8/10

Tome 2, Les frontières de glace :
Pour moi ce second tome est assez bien à lire. Ewilan découvre plusieurs choses sur ses parents est fait de nouvelles rencontres.
Note: 7/10

Tome 3, L'île du destin :
C'est le meilleur des trois tomes , surement parce que c'est le plus gros des trois. On découvre plus de chose sur Mewyn vil Avalon, Edwin ...bref en un mot ce dernier tome de la trilogie est génial !!
Note : 9/10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahagiel
Guerrier.
Guerrier.
avatar

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: [Critique] La quête d'Ewilan.   Jeu 23 Aoû - 16:32

J'ai lu la première trilogie il y a quelques temps, et elle m'a laissé une impression teinte, sans doute à cause d'un côté trop "enfantin".

Voici ma "critique" en détails :

Avant toute chose, je tiens à dire qu'il est très agréable de tenir entre ses mains le roman d'un auteur français, à une époque où la littérature américaine et surtout britannique semble prédominer. Cette parenthèse refermée, voici une critique valable pour l'ensemble de la trilogie, étant donné qu'il serait fastidieux de répéter par trois fois mes propos.

Donc, ceci posé, nous commençons la lecture en compagnie de Camille, autrement nommée Ewilan, l'héroïne du roman. On peut dés lors envisager son caractère et nous comprenons d'emblée l'intelligence de la jeune fille. Ainsi, pour la énième fois depuis l'envolée du fantastique, nous nous retrouvons avec une enfant surdouée, dotée d'un destin incroyable et ne connaissant rien de sa origines mystérieuses. Mais cela, nous ne le savons pas encore, bien entendu.
En quelques lignes, on repère ainsi une kyrielle d'archétypes, laissant présager une lecture fastidieuse, revue, pour la suite. Le passage dans un autre monde, la formation d'une communauté, les héros tous plus stéréotypés les uns que les autres, le meilleur ami prêt à tout mais un chouya maladroit en amour, autant de thèmes repris dans le livre...
Ceci dit, intéressons nous d'abord aux personnages, avant d'entrer plus en profondeur dans la cosmogonie du roman. La seule innovation, si on considère l'œuvre d'un œil objectif, demeure le sexe du personnage principal : une adolescente, là où les hommes incarnent les fers de lance de la fantasy. Malgré tout, on ne pourrait suivre ses pérégrinations sans un froncement de sourcil déçu tant ses comparses sont classiques. C'est donc sans grande surprise que nous rencontrons tour à tour un preux chevalier surestimant ses capacités, un vieux sage malicieux, un guerrier sans peurs, une sibylline créature aux dons notables, une méchantes très méchante, le tout saupoudré de magie, d'amour et débordant de bons sentiments. Le point fort restera, pour ma part, les relations soignées des protagonistes ; on sent que l'auteur aime ses personnages et tisse entre eux des liens durables, comme l'amitié développée entre Bjorn et Salim.
Le monde, quant à lui, semble inverser un peu la tendance avec une certaine recherche dans les innovations. Bien sûr, nos héros devront surtout le parcourir du point A au point B en passant par le point C (le tout dans l'ordre, rassurez-vous) cependant quelques bonnes idées, comme la ville d'Al-Poll, ou l'Arche, rehaussent le niveau. Malheureusement, on ne pourra que regretter le recours aux tours de passe-passe et le manque d'originalité, notamment dans la toponymie des lieux, composés de plusieurs mots, z'iouplez, tels « le désert des murmures » ou « la passe de a Goule »... on ne serait pas étonné de découvrir au tournant d'une page la Forêt Interdite !
Comme tout roman de fantasy qui se respecte, le roman est pourvu de plusieurs races aux aspirations bien tranchées, manichéistes, exception faite pour le peuple des Faëls dont nous retiendrons les particularités verbales.
Cela dit, le point fort du roman reste la cosmogonie. Car ici, pas de magie, d'incantations ou de potions aux milles couleurs, non, l'auteur innove avec l'art du dessin. En effet, c'est à travers les spires que certains protagonistes acquièrent la capacité d'influer sur le réel en dessinant dans leur esprit. Une bonne idée qui ouvre la porte à de multiples nuances (comme celle, encore différente, des Rêveurs), capacités, possibilités assez bien utilisées au cours des livres. La manière dont les personnages développent ce don n'est pas réellement abordée dans le livre, et on pourra donc déplorer ce manque, cependant on se laisse assez vite convaincre par le principe, même si beaucoup d'incohérences peuvent y naître.

Le manque de crédibilité, voilà un point faible du roman. Malgré la fraîcheur du récit, on ne peut pas vraiment y croire, le scénario en lui-même étant relativement bateau, dans la lignée des jeune héros aux origines inconnues, transporté dans un monde parallèle où il devient l'élu, seul capable de sauver le monde. Alors certes, on notera quelques nuances, comme la transformation de Salim, ou l'importance de la famille de Camille, mais le positivisme de l'auteur gâche l'originalité de certains passages. Dès les premières lignes, on sait que l'histoire se terminera bien...

Ensuite, le style de l'auteur n'est pas mauvais, plutôt agréable il demeure toutefois assez simpliste et ne pourrait faire face aux grands noms du genre. L'ensemble est desservi par un vocabulaire simple, commun –sans aucun doute pour faciliter l'immersion des plus jeunes- or un touche de lyrisme n'aurait pas été de refus. L'écriture est toutefois fluide, et les livres se lisent très rapidement, un bon point s'il en est.
En résumé, La Quête d'Ewilan ne bouleverse pas le genre de la low fantasy, cependant l'imaginaire de l'auteur est fertile, et on peut espérer une suite encore plus travaillée.

6/10

wàla happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Critique] La quête d'Ewilan.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Critique] La quête d'Ewilan.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Harmut, Rosa] Accelération, une critique sociale du temps
» Ewilan
» Mon forum RPG Ewilan
» photo critique
» L'esprit de la critique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cddestins :: Bibliothèque :: Critiques fantasy-
Sauter vers: