Cddestins

Le forum de la croisée des destins.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [critique] Le Codex de Merlin

Aller en bas 
AuteurMessage
Sahagiel
Guerrier.
Guerrier.
avatar

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: [critique] Le Codex de Merlin   Sam 8 Mar - 3:25

Titre du cycle : Le Codex de Merlin (trilogie)

Auteur : Robert Holdstock

Genre : Fantasy



Résumé du tome un :


Des siècles avant sa rencontre avec Arthur, Merlin voyage à travers le monde, immortel et éternellement jeune, à la recherche du savoir. Il se lie d'amitié avec le héros grec Jason et l'accompagne dans sa quête de la Toison d'or. Quelques centaines d'années plus tard, Merlin entend parler d'un navire perdu dans un lac gelé du Nord et d'où jaillit une longue plainte. Il découvre qu'il s'agit de l'Argo, le vaisseau de Jason, où gît l'âme du héros pleurant ses fils volés par l'enchanteresse Médée. Merlin s'engage alors dans une autre quête : retrouver les fils de Jason...

Mon avis, écrit à l'origine pour Utopie happy :

Citation :
Le plus remarquable dans ce roman demeure l'ambiance, une immersion dans l'univers de l'auteur, nourrie par les descriptions, le prosélytisme des personnages et l'exotisme, surtout. En pénétrant dans ce monde, on aurait pu craindre un côté revu avec la mise en avant de Merlin, mais Robert Holdstock se tourne en virtuose pour nous narrer son récit. Que ce soit à travers les lieux, d'Alba l'île aux Fantômes aux abords du lac, en passant par les contrées marécageuses ou la Grèce ; propulsé parmi les protagonistes, qui nous décrivent leurs mœurs et coutumes ; ou sur un plan purement innovateur, quand l'écrivain étaye sa fibre artistique, nous sommes plongés dans l'inconnu.
Ah, les épopées propres à l'heroïc avec leur contexte archaïque et leurs univers fangeux, où les complexes féodaux, la mendicité, l'efflorescence sanguine trouvent leur détente, paraissent bien lointaines ! La fraîcheur du récit favorise l'exacerbation du plaisir ; les contrastes émaillés dans le roman puis l'inversion de la conjoncture, quand l'auteur nous propose plus un conte qu'une énième aventure cosmique, renforcent l'intuition de Celtika. Passés les premiers chapitres, on demeure piégé par l'auteur, comme s'il refermait ses rets sur nous puis étouffait notre désir de voir ailleurs pour mener son intrigue d'une main de maître. On sent le travail, on perçoit les fragrances du talent, en bref : on touche à un chef-d'oeuvre. Oserai-je dire le paroxysme de l'imagination ? Non que toutes les idées soient novatrices, mais après lecture il reste une sensation agréable, celle d'avoir effleuré l'univers de l'écrivain puis de s'être immergé, l'espace de quelques heures ou quelques jours, dans sa bulle. Le vocabulaire, les légendes, le concept, les peuplades, cet ensemble hétéroclite crée une base cohérente tandis que les multiples ajouts, eux, finiront d'ourdir son charme.

Prenons un exemple concret, sans doute le plus évocateur, afin que vous mesuriez l'inventivité ; partant d'une idée pourtant revue, celle de confronter deux personnages historiques, Robert Holdstock parvient à filer son récit : en mêlant les héros grecs, et notamment Jason (rien de moins !) aux figures celtes, j'ai nommé Merlin, nous obtenons la quintessence du renouvèlement. L'auteur ne se contente pas d'intriquer leurs histoires, il développe les protagonistes sous un autre angle, en axant sa réflexion sur d'autres facettes de leurs personnalités. Fini le sage Merlin, tapi dans sa tour à proférer des enchantements, fini le vieil homme qui prodiguait avec justesse ses conseils : nous découvrons un homme au fait de sa force, plein de vigueur et d'espièglerie, qui renâcle à utiliser ses pouvoirs par crainte de perdre sa jeunesse, et ce même quand il s'agira de sauver ses compagnons !
Autour de lui orbite une pléthore de protagonistes, tous intéressants, tous intrigants : ils se lient par intérêts puis leurs destins se croisent et se scindent, certains s'avérant aussitôt attachants, alors que d'autres nous apparaissent antipathiques ; et pourtant, pourtant, nous serions presque tentés de les aider, tant il demeure, parmi ce creuset d'émotions humaines, une once d'intérêt.

Quelles autres qualités pourrions nous trouver à ce livre qui se hisse déjà, à mon humble avis, parmi les incontournables de la littérature fantasy ? Le scénario, bien sûr. Point d'enjeux cosmiques ou d'artefacts à détruire, point de quêtes initiatiques ou de parcours linéaire. Au départ, la seule volonté de sauver un ancien compagnon, puis celle de retrouver les êtres aimés, trop tôt disparus dans les sbires du passé. A cela s'ajoute une kyrielle d'intrigues, dont on suit les méandres tout au long du roman, sans jamais nous égarer tant la cohérence domine : le passé de Merlin, le devoir de vengeance, la compréhension de la volonté divine, nous flairons chaque piste avec un luxe d'impatience, d'autant que les révélations se tairent malicieusement.

Encore des qualités ? Le style de l'auteur, bien entendu. Basée à la première personne, plus exactement sous l'égide de Merlin, la plume se dote d'un soupçon de charme, d'une pincée d'audace et d'une incontestable maîtrise. Robert Holdstock manie la langue avec une habilité certaine, et nous nous y adaptons en un tour de main.

Mais alors où se situent les défauts, me direz-vous ? Eh bien, pour ma part, je n'en discerne pas (et c'est bien la première fois que ça m'arrive !). Il est possible que je manque à cet égard d'objectivité. Mais que voulez-vous, ce roman m'a charmé de bout en bout, or je ne saurai définir les écueils auxquels il se heurte. Bien sûr, nous n'obtenons pas un récit parfait mais malgré mes efforts je ne saurai en nommer les faiblesses. Peut-être la difficulté, selon le type de lecteur, à adhérer au roman ? Mais est-ce vraiment un défaut, quand une fois surmontés les premiers chapitres, qui proposent les explications charnières, l'intrigue s'affirme, se renforce et nous transporte ? Vous l'aurez compris, je vous conseille vivement cette lecture unique en son genre...

(la note indicative se situerait entre 8,5 et 9 wink)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loé
Chevalier
Chevalier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 272
Age : 28
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 10/06/2007

MessageSujet: Re: [critique] Le Codex de Merlin   Sam 8 Mar - 20:59

Il est dans la biblio municipale de ma ville. >< Mais guerre le temps de lire... Mais pendant les grandes vacances pourquoi pas bigsmile

_________________
Tout le monde est égoïste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.goldencompassmovie.com/
Arya
Ouvrier.
Ouvrier.


Féminin
Nombre de messages : 11
Localisation : Dans le 93
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: [critique] Le Codex de Merlin   Ven 4 Avr - 22:46

J'ai vraiment du mal à le lire alors je viens d'abandonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sahagiel
Guerrier.
Guerrier.
avatar

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: [critique] Le Codex de Merlin   Sam 5 Avr - 18:19

M'étonne pas qu'une fan d'Eragon n'aime pas =p

Mais pour les autre lisez le, une perle wink !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [critique] Le Codex de Merlin   

Revenir en haut Aller en bas
 
[critique] Le Codex de Merlin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Guerriers d'Ultramar par McNeill (4/5)
» CODEX MERLIN (L'INTEGRALE) de Robert Holdstock
» Discussions codex nécron 2010
» Rumeurs codex NECRON début 2011
» Propositions codex nécron 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cddestins :: Bibliothèque :: Critiques fantasy-
Sauter vers: